Belgique -G.D.LUX
Qualité

Service et assistance

Service et assistance

"Recommandations pour la bonne utilisation de radiateurs en tôle d'acier"

Le texte ci-dessous fournit des conseils importants et précieux pour une bonne utilisation des radiateurs en tôle d'acier afin de prévenir au maximum les dommages.

AVANT-PROPOS

En raison des progrès techniques, de l’augmentation de la demande, des considérations esthétiques, de la hausse des coûts salariaux et de la nécessite de production en série, la plupart des radiateurs sont fabriqués à l'heure actuelle en tôle d'acier mince de bonne qualité.Ce faisant, les radiateurs modernes résistent moins bien aux détériorations mécaniques et à la corrosion. Pour autant que les mesures de précautions indispensables aient été prises pendant tous les stades de la fabrication et lors de l’utilisation en elle-même, cette limitation ne compromet en rien le bon fonctionnement des corps de chauffe de ce type.
Le but principal de cet article est de formuler des recommandations destinées à prolonger la longévité des radiateurs en acier ou de prévenir tout au moins des dégâts prématurés. En même temps, il fournit quelques conseils pour un bon montage et l'entretien des radiateurs. Tous ces conseils sont destinés à toutes les parties concernées : fabricants, grossistes, installateurs, bureaux d'étude, architectes et utilisateurs.

1. INTRODUCTION

1.1. Généralités

Les deux causes principales de dommages prématurés aux radiateurs en acier sont :    

  • d'une part, les détériorations mécaniques pendant la manutention, le transport, le montage et l'utilisation
  •  d'autre part la corrosion interne aussi bien qu'externe, provoquée par des agents agressifs ambiants et/ou par l'eau dans les radiateurs. A ce propos, il convient de relever que la différence entre les conséquences de détériorations mécaniques et celles de la corrosion n'est pas aussi nette qu'on pourrait le croire.

1.2. Détériorations mécaniques

Il faut éviter les détériorations mécaniques dès la fabrication du radiateur, mais surtout après sa vérification en usine en termes d’étanchéité et de pression. Par conséquent, toutes les mesures nécessaires doivent être prises pendant tous les stades de la production et de l'entreposage en usine pour maintenir le radiateur dans un état impeccable. En particulier, il faut éviter qu'il ne soit heurté ou bosselé, entaillé, plié, percé ou endommagé par frottement contre d'autres matériaux ou outils. Ces précautions doivent être prises lors du chargement et du déchargement, du transport, de l'entreposage dans l'atelier ou sur le chantier, et finalement lors du montage. Les radiateurs endommagés ne peuvent pas être montés. Ils doivent être réparés ou remplacés par des exemplaires en état parfait si la réparation s'avère impossible. Les utilisateurs, les personnes chargées de l'entretien, bref toutes les personnes qui utilisent les installations comprenant des radiateurs en acier, doivent veiller à ce que les radiateures ne soient pas soumis à une détérioration mécanique anormale, et ce en toutes circonstances.

1.3. Corrosion

La corrosion de l'acier est due principalement à l'action combinée de l'eau et de l'oxygène et/ou à la présence d'autres agents corrosifs. Les radiateurs en acier n'échappent pas à ce phénomène, qui peut se manifester aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. Dans certaines circonstances, il est tellement rapide que l’acier se corrode sur toute son épaisseur en un délai très court, du moins localement (piqûres de corrosion). Les dépôts de boue, d'oxydes et de sels précipités peuvent accélérer considérablement ce type de corrosion à l'endroit du dépôt.

2. PRECAUTIONS CONTRE LES DETERIORATIONS MECANIQUES

2.1. Manutention, transport et montage

Pendant le transport de lots entiers, les mesures nécessaires doivent être prises pour éviter que les radiateurs ne puissent glisser. Si les radiateurs ne peuvent pas être transportés dans un camion fermé, ils doivent être protégés de la pluie et de la poussière par une bâche. Dans les cas spéciaux, il faut prévoir un emballage adapté. Ils ne peuvent pas être déposés brusquement, ni être posés sur des arêtes aiguës, surtout pas sur les arêtes de corps durs. Les recommandations suivantes sont donc d'application:  

  • Toujours soulever les radiateurs et ne pas les traîner par terre, sans quoi de la rouille apparaîtra au niveau du métal mis à nu.
  •  Lors du déchargement, ne pas laisser tomber les radiateurs sur un coin.
  • Toujours laisser reposer les radiateurs multipanneaux sur tous leurs panneaux; ne pas les déposer brusquement sur l'un des panneaux; cela peut provoquer une rupture du revêtement, avec pour conséquence la formation de rouille autour des boîtes de raccordement. En outre, le radiateur ne sera plus d'équerre.
  • Toujours prendre les radiateurs avec un revêtement par le bas, ou à l'aide de poignées spéciales garnies de plastique, qui s'adaptent dans les boîtes du collecteur. Faire attention à ne pas endommager le revêtement.
  • Lors du montage des radiateurs, faire attention à ne pas endommager la laque lors du serrage des vannes et des raccords.
  • Lors du montage du radiateur, il faut veiller à prévoir un nombre suffisant de fixations en fonction de la longueur du radiateur. Le support ou l'accrochage doivent être tels que le radiateur puisse se dilater et se contracter sans entraves. En outre, il faut veiller à ce que l'ancrage sur la face supérieure du radiateur empêche toute oscillation lorsqu'on le cogne.

2.2. Entreposage

Tant en atelier que sur le chantier, les radiateurs doivent être entreposés dans un lieu couvert et sec, protégés contre la chute d'objets, le mortier, la chaux, le plâtre, le gypse, etc. Ils doivent être placés dans leur position normale, c.-à-d. avec la face supérieure vers le haut. Ils doivent reposer sur des morceaux de bois d'au moins 10 cm de large, posés horizontalement. La meilleure protection est obtenue lorsque chaque radiateur est séparé de l'autre par des morceaux de bois tendre ou un matériau similaire. Ne jamais poser des objets lourds, coupants ou tranchants sur les radiateurs.

3. PROTECTION CONTRE LA CORROSION EXTERNE

3.1. Protection préventive

Il est possible de prévenir la corrosion externe en appliquant entre l'acier et le milieu corrosif une peinture qui résiste à ce milieu, ou mieux encore, qui possède des propriétés anticorrosion. Ce matériau est utilisé le plus souvent pour la protection externe des radiateurs. La peinture protectrice est appliquée en plusieurs couches, dont la première ou les deux premières sont anticorrosion. Ces couches sont appliquées directement sur le métal parfaitement propre. La durée pendant laquelle ces couches de peinture anticorrosion peuvent rester sans protection est fonction de leur composition et de l'exposition. En général, une couche de finition est appliquée sur les couches anticorrosion; celle-ci est conçue spécialement pour résister aux températures élevées et aux chocs thermiques. En outre, cette peinture présente l'avantage de résister à l'abrasion, prévient le lessivage et offre un aspect esthétique. Ces derniers temps, on utilise également des sortes de peinture dont les propriétés spéciales remplissent aussi bien un rôle anticorrosion que couvrant. En tenant compte des propriétés et des caractéristiques d'application de la peinture appliquée en usine (simple couche de fond ou système complet), le fabricant détermine la période d'efficacité de la protection du radiateur. Les radiateurs doivent rester dans leur emballage d'origine jusqu'à leur montage définitif, et qu’il ne soit enlevé que lors de la réception et de l’installation.

3.2. Radiateurs avec peinture endommagée

La manipulation des radiateurs peut provoquer des rayures susceptibles d'entraîner une corrosion superficielle. Pour éviter cela, il faut appliquer le plus rapidement possible la couche de protection prévue, éventuellement après avoir réparé la couche anticorrosion.

3.3. Radiateurs à l'usage

Lors de l'utilisation des radiateurs, il convient de faire attention aux points suivants :    

  • Dans une atmosphère humide (salle de bains, cuisine,buanderie ou toilettes), toute détérioration de la peinture des radiateurs, si minime soit-elle, entraînera inévitablement une corrosion externe. Tout dommage éventuel doit être réparé sans tarder. Il ne faut pas oublier que l'eau contenant des résidus de savon est particulièrement corrosive, de sorte qu'il faut éviter le contact avec le savon ou d'autres détergents. C'est pourquoi on déconseille vivement d'installer des radiateurs au-dessus d'une baignoire, dans ou à côté d'une douche.
  • Les toilettes exigent une attention spéciale, étant donné que les projections d'urine contre le radiateur ont un puissant effet mordant. Voilà pourquoi il est déconseillé d'installer un radiateur à moins de 80 cm d'une toilette. Le mieux est d'installer le radiateur face à la toilette.
  • Ne pas poser du linge humide sur le radiateur, et surtout pas en été; utilisez éventuellement des porte-serviettes.
  • Dans une atmosphère particulièrement corrosive, comme dans les piscines, laboratoires, etc., il est recommandé de prévoir dès le début une protection adaptée et efficace pour les radiateurs. Ce point doit être notifié au fabricant lors de la commande, avec indication du type d'atmosphère dans laquelle les radiateurs en question vont être installés.

4. PROTECTION CONTRE LA CORROSION INTERNE

Pour prévenir la corrosion interne dans les radiateurs, il faut éviter que de l'air ne puisse pénétrer dans l'installation. En effet, l'oxygène présent dans l'air réagit immédiatement avec les parties métalliques de l'installation et déclenche donc un processus de corrosion, qui dure aussi longtemps qu'il subsiste de l'oxygène ou que de l'oxygène pénètre dans l'eau de l'installation. Il convient de ne pas perdre de vue ce principe, tant pour la conception que pour le montage et l'utilisation de l'installation. Les recommandations ci-après ont été rédigées dans cette perspective. A propos des radiateurs, il est utile de savoir que l'air qui pénètre s'accumule aisément dans le dessus des radiateurs. Cet air doit être évacué le plus rapidement possible en effectuant une purge à intervalles réguliers, et surtout si l'on constate qu'il faut régulièrement faire l'appoint d'eau. Sur le plan constructif, le fabricant du radiateur doit veiller à ce que la purge puisse être complète, c.-à-d. que le purgeur doit se trouver sur le point le plus haut du radiateur. Signalons également ici que les radiateurs en tôle d'acier sont destinés aux installations de chauffage central à l' eau chaude. L'utilisation de radiateurs en tôle d'acier est vivement déconseillée dans les installations à vapeur.

4.1. Vases d'expansion

En général, on peut affirmer que les vases d'expansion ouverts rendent le risque de corrosion interne très important, en raison de la pénétration permanente d'oxygène dans l'eau de l'installation. Il vaut donc mieux remplacer les vases d'expansion ouverts existants par des vases d'expansion fermés à membrane, qui ne présentent pas cet inconvénient. Il convient cependant de veiller à ce que les vases d'expansion fermés, qui sont généralement utilisés à l'heure actuelle, soient installés en connaissance de cause, c.-à-d. aussi près que possible de la chaudière, du côté aspiration de la pompe et dans la conduite de retour. En outre, le vase d'expansion doit être suffisamment grand, et la pression d'admission doit être réglée correctement. Seule cette méthode évite que l’installation ne se retrouve en dépression lorsqu’elle refroidit.

4.2. Possibilités de fermeture

Pour éviter qu'il ne faille purger tout le volume d'eau de l'installation en cas de remplacement ou de déplacement d'un radiateur, il est possible d'équiper chaque radiateur des vannes d'arrêt indispensables, de sorte que la purge d'eau se limite dans ce cas au volume du radiateur en question. S'il n'est pas possible (p. ex. systèmes monotube) ou souhaitable (pour des raisons économiques) d'isoler individuellement chaque radiateur, il est en tout cas utile de prévoir des vannes d'arrêt par circuit ou par groupe de radiateurs. Si des extensions sont prévues, il faut installer les vannes d'arrêt pour les circuits futurs dès le premier montage.

4.3. Utilisation de métaux différents

Il faut limiter autant que possible l'utilisation de métaux différents dans une même installation, tant dans la construction des radiateurs mêmes que dans la structure de l'installation. La combinaison et la succession des différents métaux peuvent en effet être à l'origine d'une corrosion interne prématurée due à l'électrolyse, dans laquelle l'eau de l'installation conduit un courant électrique. En général, cette forme de corrosion est encore renforcée ou accélérée au cas où de l'air pénètre dans l'installation ou que de l'eau d'alimentation non traitée (agressive) circule dans l'installation.

4.4. Utilisation de tuyaux plastiques

Dans les installations de chauffage avec radiateurs, la distribution de la chaleur est réalisée de plus en plus souvent à l’aide de tuyaux en plastique. Ceux-ci présentent l’inconvénient de ne pas être entièrement étanches à l’air, sans compter que les tuyaux actuels sont pourvus d’un écran anti-oxygène. En raison de la pénétration permanente d’oxygène dans l’installation, le processus de corrosion aura lieu quoi qu’il en soit, et il gagnera en intensité au fur et à mesure que la température de l’eau augmentera. Etant donné que les installations à radiateurs en tôle d'acier fonctionnent normalement à température élevée d'eau, le danger de détérioration par corrosion n'est pas imaginaire. C'est pourquoi il est conseillé d'offrir à ce type d'installations un traitement préventif maximal. La pénétration permanente d'oxygène peut être combattue par un traitement de l'eau, qui consiste à l'additionner d'un produit (inhibiteur) qui provoque la précipitation d'une couche protectrice sur les parties métalliques, ou qui neutralise l'oxygène par voie chimique.

5. MISE EN SERVICE

Dès que l'installation est remplie avec de l'eau fraîche, riche en oxygène, une corrosion débute. Cette première corrosion est assez minime, étant donné qu'elle s'arrête assez rapidement après que l'oxygène présent dans l'eau a été consommé.

Pour exclure ou limiter au maximum une corrosion ultérieure, les conseils suivants peuvent être fournis :      

  • Une fois remplie, l'installation doit être maintenue en permanence sous eau. Les circuits doivent être conçus et réalisés de telle façon que le nombre et surtout la durée des périodes de vidange soient limités pendant les essais d'étanchéité à l'eau et lors de la mise en service de l'installation. Ce sont les périodes de vidange qui sont les plus corrosives pour les installations.
  • Lors de chaque remplissage, l'eau doit être amenée immédiatement à sa température maximale. Lorsque cette température a été atteinte, l'installation doit être purgée complètement, pompe à l'arrêt et toutes les vannes ouvertes.
  • Normalement, on peut utiliser uniquement de l'eau de distribution ou de l'eau traitée spécialement contre la corrosion. Dans le cas d'installations avec des tuyaux plastiques, l'utilisation de produits anticorrosion est vivement recommandée.

6. CONDITIONS D'EXPLOITATION

6.1. Utilisation rationnelle de l'énergie

Pour l'exploitation d'une installation de chauffage, la consommation d'énergie constitue un critère d'évaluation important et sensible. Elle peut être estimée sur la base du rendement de l'installation, qui peut être écrit comme un produit de plusieurs rendements partiels (production de chaleur, distribution de chaleur, émission calorifique, régulation). L'un des rendements partiels qui tient un rôle non négligeable est celui de l'émission calorifique des radiateurs.
Afin de maintenir le rendement de l'émission calorifique le plus élevé possible, il est indispensable que les radiateurs dégagent leur chaleur avec un minimum de pertes. Pour cela, il convient de faire attention aux points suivants :   

  • Les radiateurs sont montés de préférence contre un mur extérieur, et si possible sous une fenêtre. Ils ne peuvent jamais être placés directement devant un vitrage (p. ex. porte-fenêtre). Il est recommandé de pourvoir la paroi derrière le radiateur d'une isolation thermique additionnelle et d'un feuil thermoréfléchissant.
  • L'installation des radiateurs doit approcher le plus possible l'installation normalisée, c.-à-d. montage libre à environ 5 cm de la paroi et à environ 10 cm au-dessus du sol. Toute entrave à l'émission de chaleur, par intégration dans des niches, tablettes de fenêtre, encadrements, cloisons, draperies, etc., doit être évitée. Si cela se fait tout de même, le radiateur doit être plus grand en vue de compenser la réduction de l'émission de chaleur.
  •  Les radiateurs doivent être bien entretenus; il faut surtout prévenir les dépôts de poussière entre les panneaux et les lamelles de convection. En outre, il est interdit de placer des objets sur ou d'en suspendre au-dessus des radiateurs, et l'espace libre sous les radiateurs doit rester libre.
  • La face avant visible des radiateurs ne peut pas être peinte avec une peinture métallisée, car celle-ci fait baisser l'émission de chaleur par rayonnement, ce qui réduit le rendement d'émission. Inversement, la face arrière peut en être couverte, car elle réduit les pertes de rayonnement vers le mur extérieur.

6.2. Qualité de l'eau

En principe, seule de l'eau de distribution peut être utilisée pour remplir l'installation de chauffage. En cas d'utilisation d'eau adoucie, il faut vérifier s'il n'a pas été ajouté de chlorures lors de l'adoucissement. Lors de l'utilisation de produits anticorrosion dans l'eau de l'installation, il faut contrôler les métaux pour lesquels le produit offre une protection, et il faut veiller à ce que la combinaison avec d'autres produits éventuellement présents (p. ex. antigel) ou avec l'eau adoucie ne provoque pas de réactions agressives. En outre, il faut contrôler régulièrement la présence des produits anticorrosion et maintenir le niveau de leur concentration.

6.3. Purge et appoint d'eau

Une installation bien conçue et réalisée n'exige pratiquement pas d'appoint d'eau. Si l'on constate cependant que l'installation consomme régulièrement de l'eau, il faut en déterminer la cause (fuites aux vannes ou à la pompe, fuites dans la chaudière, fuites dans les conduites, purge d'eau des radiateurs, dépression) et y remédier le plus rapidement possible. Afin de pouvoir détecter d'éventuelles fuites, il est vivement déconseillé de prévoir un remplissage automatique de l'installation. Dans tous les cas, l'installation doit être conçue de telle façon que l'utilisateur puisse contrôler aisément la pression de service en fonction des caractéristiques spécifiques de l'installation (volume d'eau de l'installation, caractéristiques du vase d'expansion fermé, hauteur statique). Celles-ci doivent faire l'objet d'instructions lors de la mise en service.

6.4. Précautions contre le gel

Lorsqu'un immeuble n'est pas occupé en hiver et que l’installation reste remplie d’eau en permanence pour éviter la corrosion, il faut prendre des mesures de prévention contre les dégâts du gel :

  • Utiliser des vannes thermostatiques et les régler de manière à ce que la température demeure toujours supérieure à zéro.
  • Prévoir un système de réglage adapté de sorte que l'installation puisse fonctionner à régime minimum.

6.5. Pression de service

La pression de service garantie du fabricant ne peut jamais être dépassée.

6.6. Mise à la terre

Les installations électriques ne peuvent en aucun cas être mises à la terre aux conduites et radiateurs. Les radiateurs installés dans les pièces humides doivent être mis à la terre (R.G.I.E.); faire attention dans ce cas à l'électrolyse par suite de faibles courants de fuite.